Source: www.tlfq.ulaval.ca/axl/index.shtml  

 

"Laissez les Bons Temps Rouler!"

Mais quel est donc la signification de ce slogan des Cadiens du sud-ouest de la Louisiane?  Comme les festivals, la gastronomie et la musique font partie de leur vie, tout prétexte est à la fête... Et ainsi prendre leur temps pour bien profiter de la vie.

 

Avant-propos

Ce voyage en Louisiane étant tellement différent de nos autres périples aux États-Unis, nous  croyons utile d'en dévoiler les principales raisons.

Les Louisianais sont différents dans trois domaines: la culture, la musique et la cuisine. La culture, ce sont les origines françaises. La musique, c'est le jazz. Quant à la cuisine, c'est en quelque sorte un mélange des cuisines française, créole et mexicaine. 

Il faut aussi faire mention que l'accueil de l'état est bilingue en entrant par l'autoroute #12.  On y lit sur un immense tableau les mots:

Bienvenue en Louisiane

Welcome to Louisiana

Ceci dit, pour plusieurs visiteurs, la Louisiane s'associe souvent à la Nouvelle-Orléans. C'est étonnant car il y a non seulement cette grande ville séductrice mais aussi toute la partie du sud-ouest appelée « l'Acadiana » avec ses 750,000 Cadiens (Cajuns) qui l'habitent en majorité. De ce nombre, selon le recensement de l'an 2000, près de 200 000 parlent encore le français, ce qui représente 4,7% de la population.

Quand on parle de la Louisiane, il n'est pas rare que l'on associe ce territoire au « Grand Dérangement », c'est-à-dire la déportation des acadiens en 1755. 

Affiche a l'entree du kiosque touristique de LafayetteCet état au relief marécageux et plat est un endroit de dépaysement en raison de sa localisation et de sa  géographie physique avec les mots "Mississippi", "Atchafalaya", "bayous" et "marais".

C'est aussi un endroit de dépaysement par ses particularités culturelles, tant sur le plan de la langue que sur la gastronomie et la musique. Il contribue ainsi à se faire connaître comme un état différent par le peuple américain et aussi outre-frontières. 

D'ailleurs, on mise sur tout ce qui entoure le phénomène des Cadiens pour faire la promotion touristique. 

Plus encore que ses paysages, c'est la chaleur de ses habitants qui nous attire.  

Il est ainsi agréable de se mêler à eux pour: 

 Découvrir leur simplicité, leur sourire spontané et leur vouloir de t'aider.

 Les entendre raconter que leurs ancêtres viennent de la Nouvelle-Écosse. 

 Écouter leur musique cajun, les voir danser car c'est ce loisir qui les réunit. 

 Les regarder pêcher et faire un tour dans les bayous.

 Les entendre parler leur langue française, même s'ils sont gênés, sachant qu' ils parlent un  vieux français datant du XVIe et XVIIe siècle.

Il est recommandé de connaître au préalable un peu l'histoire de ce peuple pour mieux apprécier son séjour. 

 

Un bref aperçu de leur histoire...  

Les acadiens habitaient essentiellement la région du nord du Poitou en France. Fatigués des nombreuses révoltes et de guerres de religion qui ont dévasté cette partie de la France, ils décidèrent de s'exiler en AmériqueÀ partir de 1604, ils s'installèrent en Acadie, aujourd'hui le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse.

Un triste souvenir de la deportationAu cours d'un long différent sous le régime anglais, ils refusèrent de prêter allégeance à la couronne britannique et de renier leur religion catholique.  En 1755, le gouvernement britannique de la Nouvelle-Écosse entreprit la déportation d'environ 6,000 acadiens sur 18,000.  C'est ce qu'on appela plus tard le «  Grand Dérangement ».  On les dispersa le long de la côte est des États-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

Ceux qui échappèrent à la déportation, se sont enfuis à l'intérieur des terres, poursuivis par l'armée britannique pendant les huit années de guerre.  Plusieurs se réfugièrent au Québec.  

Cependant, les déportés vers la France, ayant reçu un accueil mitigé, décidèrent de choisir la Louisiane comme leur nouvelle terre, alors propriété de la France. (Napoléon vendit ce territoire aux États-Unis, le 20 décembre 1803). La raison est que la mer et les marais  ressemblaient à  leur ancienne Acadie. 

Drapeau acadienAussitôt arrivés dans cette région, ils ont tout de suite recréé une Nouvelle Acadie.  Ils ont aussi commencé à communiquer avec les acadiens exilés dans les colonies britanniques, au Québec, en Angleterre et en France.  Éventuellement, certains d'entre eux se dirigèrent en Louisiane.

D'autre part, un autre malheur les frappa durement; la Constitution Louisianaise de 1921 a solidifié la loi à l'effet qu'il ne devait pas y avoir de français à l'école.  Donc, toute une génération de jeunes arrivèrent à l'école et apprirent que la langue qu'ils avaient toujours parlée était bannie et illégale du jour au lendemain.  Et les petits Cadiens qui parlaient français à l'école étaient pointés du doigt, humiliés et même battus.  Ce fait troublant  a provoqué chez ce peuple une honte de parler français, au fil des années.

Les Cadiens représentent toujours le groupe le plus important de francophones aux États-Unis.

Toutefois, il y a toujours cette grande question sans réponse:  Si la langue française venait à disparaître, est-ce que la culture de ce peuple va demeurer en Louisiane? 

Nous vous invitons maintenant à venir découvrir dans ce carnet voyage le plus francophile des États américains. 

 

Ce qu'il y a à voir...  

Foret de cypres dans un bayouNotre itinéraire suit les endroits selon l'ordre chronologique de notre voyage.  C'est ainsi que nous découvrirons des parcs de l'état, des villes et des villages, des marécages remplis de cyprès, des marais fantastiques comme celui de l'Atchafalaya, des champs de canne à sucre et des plantations. 

(Se rappeler que le temps idéal pour visiter la Louisiane est soit avril ou octobre)

 

Parcs d'État

Cerf bien apprivoise dans le parc d'etat de FontainebleauLa Louisiane possède 33 parcs répartis comme suit: 17 parcs d'attraction et 16 parcs historiques et de préservation.

Les parcs d'attraction offrent des activités telles que la randonnée, la pêche, le canoë…  Ils proposent aussi des possibilités d’hébergement en camping et en chalet.  Ils sont très bien aménagés et peu dispendieux. 

Nos séjours à Fontainebleau, Tickfaw, Sam Houston Jones, Grand Isle, Saint-Bernard et Bayou Segnette le confirment.

 

Mississippi

Ce fleuve gigantesque traverse la Louisiane pour  se jeter dans le golf du Mexique.  

Voulant découvrir et admirer le Mississippi, nous empruntons la route 44, parallèle à ce fleuve.  Mais quelle déception!  Nous ne pouvons le voir.  La raison en est bien simple: étant plus haut que les terres, il a fallu dresser de chaque côté de hauts monticules de terre, canalisant ainsi les eaux et les empêchant de sortir de leur lit. 

 

Plantations

On ne peut pas aller en Louisiane sans visiter des plantations.

Cet état a fondé sa richesse sur les plantations de canne à sucre.  Les planteurs fortunés se sont fait construire de magnifiques propriétés. 

La plupart de ces plantations sont situées le long du Mississippi, lequel servait pour l’irrigation et le transport des récoltes.  Plusieurs sont aujourd'hui ouvertes au public. 

À Vacherie, petit village situé le long du fleuve sur la route 3127, c'est l'endroit pour visiter deux belles plantations:

Laura PlantationLaura Plantation, construite en 1804 par des esclaves sénégalais, est ombragée par d'immenses chênes verts centenaires. Elle offre une des plus instructives plantations à travers l'histoire qui relate la vie des Créoles à l'époque où ils étaient le peuple riche de la Louisiane.  

Laura Plantation fut rebaptisée du prénom de la dernière propriétaire. 

La visite guidée, offerte en français, est sur le plan historique très intéressante avec moult détails portant sur le mode de vie et le lien qui liait les maîtres et les esclaves. 

Oak Alley Plantation, un peu au nord de Laura Plantation, fut construite en 1839.  On y accède par sa majestueuse allée de 28 immenses chênes verts, âgés de plus de 250 ans.  C'est la plus photographiée. Cette plantation illustre le confort arrogant des propriétaires.

 

Bâton Rouge

Poursuivant notre route le long du Mississippi, nous faisons une brève incursion dans la capitale, Bâton Rouge.  Ville sans attrait mirobolant, nous prenons quand même le temps d'aller au Capitole, le joyau architectural de la ville, construit en 1932.  Ce bâtiment de 34 étages en fait le Capitole le plus haut des États- Unis.  Il est entouré de beaux jardins parfaitement entretenus.

 

Lafayette

Bassin de l'AtchafalayaEn direction de Lafayette par l'autoroute 10, construite sur pilotis, nous surplombons l'immense bassin de l'Atchafalaya.  C'est le plus grand marécage de la Louisiane qui se répand entre Bâton Rouge et Lafayette.  Cette portion de route d'environ 27 km est un incontournable tellement le dépaysement est réel.

Capitale de la Louisiane française , Lafayette est le coeur de l'Acadiana.  C'est dans cette ville que l'on prend le pouls du pays Cadien.  

L'endroit idéal pour se renseigner sur  l'Acadiana est à l'office du tourisme.  Les visiteurs sont accueillis à bras ouverts par des Cadiens qui parlent français.  

Le Centre Culturel Acadien est l'une  des principales attractions.  Tous les touristes désireux de visiter le pays Cadien devraient s'y arrêter en premier. 

Le centre présente un très beau film, d'une durée de 40 minutes, décrivant la déportation des Acadiens vers la Louisiane.  De par son exposition, vous apprendrez beaucoup sur la culture acadienne. 

Vermilionville, récréation authentique d'un village acadien du XIXe siècle, est un véritable musée d'histoire vivante sur la vie des gens de l'époque.  Il a été créé pour préserver la culture et les traditions du peuple acadien.  

Maison acadienne de l'epoqueDans des bâtiments originaux ou reconstitués, donnés au village par des familles qui les ont réellement habités, hommes et femmes en costumes d'époque perpétuent les gestes des fermiers et des artisans d'autrefois.   

La cathedrale Saint-JeanLa  Cathédrale Saint-Jean mérite le détour.  Fondé en 1821, cet impressionnant édifice attire l'oeil du visiteur par son architecture de style roman hollandais.  

Les Cadiens étant en grande majorité demeurés catholiques, on célèbre une messe quotidienne  à midi.

Le chêne de la cathédrale, situé à proximité de l'église, est fascinant à regarder.  Âgé d'environ 450 ans, le diamètre du tronc est de 2,60 mètres avec une circonférence de 8 mètres. Il mesure 38 mètres de haut et une largeur maximale de 64 mètres.  Sa plus grosse branche a un poids estimé a 72 tonnes. 

Old City Hall fut la première bâtisse à être inscrite dans le Registre National des places historiques.  Construite selon l'architecture victorienne, la façade possède une décoration unique avec sa brique rouge. Elle abrite d'ailleurs les bureaux du conseil de Codofil (Conseil pour le Développement du Français en Louisiane) au 215 Principale-ouest, Lafayette.

Codofil, institué en 1968, est une agence gouvernementale qui a pour mandat de faire tout ce qui est nécessaire pour développer, utiliser et préserver la langue française en Louisiane. 

Les bureaux de Codofil dans le Old City HallOn ne retrouve ce programme que dans le sud de cet état parce que c’est là que prend place l’héritage francophone et cadien.

En nous rendant visiter le personnel, nous apprenons que cet organisme emploie environ 235 professeurs venant des pays francophones.  Ces enseignants s'exilent pour aller vivre une expérience en Louisiane.  

Selon une employée de Codofil, certains d'entre eux, après avoir terminé leur contrat, décident de demeurer en Louisiane ou reviennent pour y rester.  La raison est qu'ils sont tombés en amour avec cette région et surtout par la mentalité accueillante des Cadiens .

Nous apprenons aussi que la génération des Cadiens de 40-60 ans ne parlent plus ou peu le français.  La raison est que leurs parents furent punis s'ils étaient pris à parler français à l'école.  Face à cette malheureuse expérience, ils ont choisi de ne pas apprendre le français à leurs enfants, de peur qu'ils soient punis à leur tour.

Par contre, les enfants de la génération des 40-60 ans apprennent ce français soit par leur grands-parents ou par les professeurs engagés par Codofil.

En terme de camping, Lafayette possède un parc très bien aménagé et peu dispendieux pour accueillir les campers, soit le "Acadiana Park Campground", 1201 E. Alexander St. Le tarif quotidien est de 9$ par jour, incluant eau et électricité.

 

Saint-Martinville 

L'eglise de Saint-MartinvilleTroisième plus vieille ville de la Louisiane et pays d'Évangéline. Saint-Martinville abrite plusieurs bâtiments et maisons décorés Le chene d'Evangelinede magnifiques architectures.  

C'est à cet endroit où les premiers Acadiens déportés se seraient installés à partir de 1765.  

Au Monument Acadien, joli petit musée dédié à la mémoire de ce peuple, on expose une fresque murale de 12 pieds par 30 pieds incarnant l'arrivée des acadiens en Louisiane.  Sur le mur opposé, gravés dans le bronze, on peut lire les noms de quelques 3,000 réfugiés ayant trouvé asile dans cet état à partir de 1764. 

Les attraits les plus visités:

L'église catholique de Saint Martin de Tours établie 1765.

Le monument à Évangéline  qu'on a élevé au cours des années 30, dans le petit cimetière situé  en arrière de l'église Saint Martin de Tours.

Le Chêne d'Évangéline, situé dans le parc du même nom, où aurait eu lieu la célèbre rencontre d'Évangéline et Gabriel, les héros de par le poème de Longfellow, publié en 1847.  On dit que c'est l'arbre Une maison dans le parc commemoratif de l'Etat Longfellow-Evangelinele plus photographié en Amérique.  

Le Vieil Hôtel Castillo situé à côté du Parc d'Évangéline, est un restaurant charmant avec bed and breakfast.

Le Parc Commémoratif de l'État Longfellow-Évangéline situé à proximité de Saint-Martinville, était le lieu de rencontre de français exilés à cause de la révolution française et des acadiens de la Nouvelle-Écosse qui cherchaient refuge après l'expulsion anglaise.  

On peut voir comment vivaient les premiers acadiens et planteurs créoles dans la région.

 

Breaux Bridge

Des ecrevisses d'un rouge ecarlateCapitale Mondiale des Écrevisses, Breaux Bridge est reconnu pour son délicieux crustacé.  Eau stagnante du bayou de Lake Martin

Le célèbre crawfish (écrevisse) mesurant environ 10 cm de long, ressemble au homard miniature.  Il faut absolument y goûter car il est très populaire de sorte qu'il fait partie de la cuisine légendaire de la Louisiane.  

Et pour vous mettre dans l'ambiance cadienne, allez passer une soirée chez Mulate's Cajun Restaurant.  Vous pourrez goûter à l'écrevisse ainsi qu'à d'autres spécialités locales, dans un incroyable décor de hangar-salon. Vous entendrez de la musique « cajun » tout en écoutant chanter dans un « vieux français ».  Vous pourrez aussi danser le two-steps, polkas ou valses d'autrefois. 

Il y a aussi le "Café Des Amis", situé au coeur du vieux Breaux Bridge historique, où les déjeuners sont très populaires.  On peut écouter de la bonne musique «cajun» tout en ayant l'opportunité de rencontrer de vrais Cadiens.

Un alligator nous surveille alors que nous passons a proximite avec le guideIl est impossible de quitter la Louisiane sans visiter l'étrange univers des bayous. Mais qu'est-ce qu'un Bayou?  C'est une rivière dont les eaux sont stagnantes, ressemblant donc à un  marais.

Lake Martin est un lieu propice pour faire une telle découverte qui s'avère, selon nous, le clou du voyage. 

C'est un marais naturel encore très peu connu des touristes, situé non loin de Breaux Bridge. Des ibis blancs, hérons bleus, grandes aigrettes, etc. viennent nicher.  Et des alligators (ici on dit cocodries) cohabitent avec des canards et des ragondins.    

Bryan Champagne, ce francophone Cajun, est un de ces guides d'expérience. Pendant que sa barque slalome prudemment entre les troncs de cyprès pointant à fleur d'eau, il vous dévoile pendant 2 heures presque tous les secrets de Lake Martin ce qui ne laisse personne indifférent. 

 

Eunice

La scene du Liberty TheatreEunice, située à 60 km environ au nord-ouest de Lafayette, abrite le Liberty  Theatre.  

Chaque samedi soir, on diffuse depuis plusieurs années une émission de radio « Le Rendez-vous des Cajuns » d'une durée de 1:30 heures.  On consacre cette programmation à la musique et à l'humour « cajun » qui est devenu à la fois un attrait touristique et une véritable institution. 

L'avant-scène de cet ancien cinéma a été transformée en piste de danse. Les visiteurs sont nombreux à aller danser au son de la musique cajun.

Des touristes viennent de plusieurs pays assister à cette émission musicale française. 

Lors de l'intermission, l'animateur, Barry Ancelet professeur de français et d'études folkloriques à l'Université de Southwestern Louisiana,  demande à ceux qui veulent bien répondre, leur lieu d'origine.  

En ce 13 avril, il y a des touristes de la Nouvelle-Zélande, France, Brésil, Alaska, Colorado, Washington, South Dakota, Virginie ainsi que du Québec.  

C'est aussi un endroit privilégié pour faire d'agréables rencontres en français s'il vous plaît!

D'ailleurs, à la sortie du théâtre, un résident Cadien de l'endroit entreprend la conversation et nous demande s'il parle le même français que nous.  À vrai dire, son français est bon.  Il nous confirme planifier un voyage au Québec, en juin 2002.

 

Nos danseurs cadiensÀ proximité du Liberty Theatre, le Centre culturel Jean-Lafitte offre gratuitement aux visiteurs de nombreuses expositions, mettant en relief l'histoire, la culture et la vie collective des Cadiens d'hier et d'aujourd'hui.  

De plus, précédent le programme de la soirée au Liberty Theatre, on peut assister au programme musical qui a lieu à 15:00 heures.  

La musique cajun est évidemment à l'honneur en plus de la danse. 

À 16h00, des bénévoles nous font une démonstration de la cuisine cajun.  C'est un autre endroit idéal pour faire d'agréables rencontres. 

                    

Sam Houston State Park

Nos rencontres a Sam Houston State ParkContinuant notre voyage sur les routes 190 et 165, nous traversons d'immenses champs de riz pour se rendre dans ce parc.

Selon un cadien de l'endroit, la culture du riz suit ce processus: en février ou mars, on inonde les champs d'eau à l'aide de puits souterrains.  Par la suite, un avion répand des graines de riz sur l'eau.  La graine, prenant de l'ampleur, elle finit par couler au fond de l'eau.  De là, la germination commence afin de faire pousser le riz.  En juillet et août, c'est le temps de la récolte.  

Après avoir choisi notre site à Sam Houston State Park, on réalise que notre fil électrique et notre boyau pour nous approvisionner sont trop courts.  Mais deux campeurs, non loin de nous, constatent que nous sommes en problème et s'empressent de nous prêter des rallonges.  

Il ne s'en faut pas plus pour entreprendre la conversation.  Nous apprenons qu'ils sont cadiens et parlent un assez bon français.  

Au cours de l'après-midi, nous avons l'occasion de jaser avec ces charmants résidents.

  Sentier du Refuge National de Faune et Flore du Sabine

Creole Nature Trail

Pour découvrir la Louisiane sauvage, rien de mieux que de parcourir la Creole Nature Trail National Scenic Byway.  Cette  route touristique, longue de 290 km, se prend soit  aux sorties 20 ou 36 de l'autoroute 10.  

Personnellement, nous préférons débuter ce parcours par la sortie 20 qui nous conduit sur la route 27 car cette région est  la plus intéressante.  

Sur cette route, se trouve le « Sabine National Visitors Center ».  Ce centre offre des expositions, des stands interactifs ainsi qu'un diaporama de qualité sur la culture locale. 

Un peu plus loin, on arrive au « Sabine National Wildlife Refuge Walking Trail ».  Ce beau sentier pédestre de 2.5 km est reconnu comme l'un des meilleurs aux États-Unis pour observer les oiseaux, les alligators, les canards et les tortues.  N'oubliez surtout pas votre caméra et vos jumelles!

 

Abbéville

Eglise d'AbbevilleAprès notre arrivée au terrain de camping municipal, qu'elle n'est pas notre surprise de se faire accueillir en français. 

Nos peintres CadiennesEn effet, Mme Broussard vient nous rejoindre pour nous souhaiter la bienvenue et nous donner des pamphlets d'Abbéville et la région environnante.

Abbéville fut fondé en 1843 par un prêtre catholique.  Le centre historique est situé autour du très beau Carré Madeleine (Magdalen Square).  

 À cet endroit, nous rencontrons un autre cadien, fier de nous adresser la parole en français.  Il nous informe sur l'histoire de cette petite ville et aussi de sa vie dans cette région. 

Lors de notre visite au kiosque d'information touristique, nous apercevons des femmes qui  s'adonnent à la peinture dans une salle adjacente.  

On s'informe si l'on parle français.  À notre grande surprise, ce sont des cadiennes.  Elles semblent contentes d'entreprendre la conversation en français , même si certaines ont de la difficulté.  

Parmi le groupe, une nous informe qu'elle planifie un voyage au Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse en juin 2002.  

 

New Iberia

La maison de plantation "Shadows-on-the-Teche"Cette petite ville, fondée par un espagnol en 1779, possède encore des maisons datant de la période des plantations. Il faut prévoir du temps pour visiter les attraits touristiques.

La maison de plantation "Shadows-on-the-Teche", érigée entre 1831 et 1834, est un véritable site historique national.  Elle est située sur les bords du bayou Teche dans le quartier historique.  Un résident nous apprend que les briques de la  maison furent fabriquées manuellement par des esclaves. 

Konriko (Conrad Rice Mill), fondé en 1912, est le plus vieux moulin à riz encore en opération aux États-Unis.  On peut faire une visite guidée en français.  Par la suite, il vaut la peine de visiter le magasin de ce moulin. À cet endroit, nous faisons connaissance d'un résident de Breaux Bridge, lequel parle très bien français. 

Il faut absolument aller sur Avery Island, île que l'on atteint après avoir traversé le pont qui enjambe Bayou petite Anse. Située en banlieue de New Iberia, nous avons accès à une visite guidée l'usine Tabasco. Par la suite, libre à chacun d'aller découvrir Jungle Gardens. 

À la barrière, nous payons un minime droit d'entrée de 50¢.  Le gardien nous explique alors le chemin à suivre.  Finalement, il nous demande si on est québécois.  Devant notre affirmative, il nous demande s'il peut parler en français et il se fait un plaisir de nous expliquer à nouveau le chemin. 

Un produit de TabascoPimentL'usine Tabasco, propriété de la firme McIlhenny, produit depuis près de 150 ans la sauce Tabasco avec trois ingrédients: des piments rouges, du vinaigre et du sel miné sur l'île. La production actuelle est de 600 000 bouteilles laquelle jour qui génère des recettes annuelles de 250 millions $. C'est un des plus grands employeurs de Cajuns dans cet état du sud des États-Unis.

La visite gratuite débute avec un documentaire de 11 minutes qui relate l'histoire de la sauce. Vient ensuite une marche guidée qui permet d'assister aux activités d'embouteillage.

Pepper jellyLa production du piment suit ce processus: en janvier, les graines sont mises en terre dans des serres.  En avril, les petits plants sont transplantés dans les champs.  En août, alors que le piment est devenu rouge, il est cueilli.  Par la suite, il est mélangé avec du sel et est gardé trois ans dans des barils.  De là, on le mélange avec du sel spécial pendant un mois et mis en bouteille pour la vente.

La visite se termine au Tabasco Country Store, où on peut goûter aux sauces produites par l'usine et se procurer diverses marchandises allant des vêtements aux aliments parfumés de sauce tabasco. 

Un paysage à l'interieur de Jungle GardensAu magasin,  on peut goûter aux sauces produites par l'usine et se laisser tenter par le choix de souvenirs et  de cadeaux.

Les touristes complètent la visite de l'île par la visite d'une réserve faunique de 100 hectares appelée «Jungle Gardens», jouxtant le domaine de l'usine. Cet endroit enchanteur fait aussi partie de l'héritage de la famille McIlhenny.

Les Jungle Gardens, se sont des jardins exotiques qui incluent un sanctuaire d'oiseaux, contribuant ainsi à la sauvegarde des aigrettes blanches alors en voie de disparition en Amérique du Nord. 

Cet endroit qu'on peut visiter en auto ou à pied a été créé Des egrettes et des egrettes par Edward McIlhenny, écrivain, naturaliste et explorateur. 

Ce naturaliste a rapporté de Chine, du japon et de France les milliers de variétés de plantes qu'on retrouve à cet endroit.  

Vous y verrez un jardin de camélias et d'azalées, des bambous, une palmeraie , d'autres plantes exotiques et bien sûr des alligators près du bayou Petit Anse...  Sans oublier le fameux sanctuaire d'oiseaux au milieu d'un plan d'eau. Joli paysage dans Jungle Gardens

Chaque printemps, 20 000 nids y sont construits par des hérons et des aigrettes que l'on observe d'un belvédère.  

On peut aussi voir des tortues et des anhigas (une espèce d'oiseau tropical au long cou et bec pointu) et finalement le Temple de Bouddha où à l'intérieur se trouve un Bouddha qui fut donné en cadeau à McIlhenny en 1936.

Le bord du bayou Petit Anse est enjolivé d'immenses cyprès et  chênes recouverts de mousse espagnole.  

Mais qu'est-ce que cette mousse?  C'est une sorte de parasite ou genre de crin qui s'accroche et pousse sur les branches des cyprès et des chênes.  Elle sert encore comme isolant dans la construction des maisons et pour rembourrer des fauteuils et des matelas.

 

Grand Isle

Située au sud de la Louisiane, cette île se baigne dans le golfe du Mexique.  Pour s'y rendre, l'autoroute 90, construite en majeure partie sur pilotis, vous en mettra plein la vue car elle surplombe de vastes marécages.

Il faut toutefois s'arrêter au kiosque d'information touristique de Raceland, situé à la sortie de l'autoroute, direction Grand Isle.  Le kiosque est de toute beauté tant à l'intérieur avec son magnifique petit musée que de l'extérieur.  

CrevetiersLa route se poursuit le long du bayou Lafourche avec ses villages de pêcheurs et plusieurs petits chantiers de réparation  de bateaux. 

À Port Fourchon, se trouve les industries de pétrole, du gaz naturel et de la pêche commerciale.  

Tour d'observation erigee à Grand Isle State ParkEn continuant vers la gauche, nous traversons un long pont pour finalement atteindre Grand Isle. 

Cette île frappe le regard du visiteur en y arrivant car plusieurs résidences sont construites sur pilotis.  La situation de l'île n'est pas enviable pour ses habitants car elle est en première ligne pour les ouragans.

Cet endroit est réputé pour être parmi les dix meilleurs lieux de pêche des États-Unis.  

En été, la population de l'île augmente considérablement car beaucoup de personnes y ont des maisons de vacances. 

 Avec ses plages de sable gris, c'est un endroit de rêve pour la plage, le camping et la pêche. 

Il y a aussi le Grand Isle State Park, situé à l'extrémité est de l'île.  

Ce parc offre d'excellentes opportunités pour la pêche, la plage ,le camping (sans oublier le camping sur la plage pour les propriétaires de tentes) et l'observation des oiseaux.  

Et si vous voulez manger des crevettes géantes, allez en acheter (pas dispendieux) au port de pêche, près du parc; elles sont  délicieuses.

 

Nouvelle-Orléans

La Nouvelle-Orléans, berceau du Jazz , exerce toujours avec talent son inépuisable pouvoir de séduction pour les passionnés de jazz ou d'histoire.

Elle a vu naître de grands musiciens tels Louis Armstrong et Sidney Bechet.

Elle fut tour à tour française, espagnole puis à nouveau française avant de devenir définitivement américaine en 1803... Aujourd'hui, elle s'appelle New Orleans.

Située sur les rives du fleuve Mississipi et construite sur un marais dont les eaux sont constamment contrôlés par des digues géantes, la Nouvelle-Orléans est une ville d'eau. Son niveau est même inférieur à celui de la mer et des grands lacs de son environnement, dont l'immense lac Pontchartrain.

C'est l'une des villes les plus touristiques des États-Unis avec ses quelques 11 millions de visiteurs par an. À noter aussi qu'elle est devenue le quatrième port de croisière du pays, après Miami, Fort Lauderdale et New York.

Ville de tous les plaisirs et de tous les excès, elle est très colorée, vivante, bruyante et ensorcelante. Il faudrait beaucoup de temps pour découvrir tous ses secrets.

Batiment de syle espagnolIl est impossible de visiter la Nouvelle-Orléans sans passer au moins une journée complète dans le Carré Français ou Vieux Carré (French Quarter), d'inspiration espagnole.

Regorgeant d'une architecture espagnole fabuleuse, ça lui procure un charme que l'on ne trouve nulle part ailleurs.

Ce lieu, où palpite le coeur historique de la Nouvelle-Orléans, déploie sa séduction à la fois française, espagnole et créole.

C'est le quartier le plus ancien de la ville, mais il n'a que de français que le nom de ses rues comme Bienville, Bourbon, Chartres, Conti, Orléans, Royal, Toulouse, etc.

Ses hautes maisons aux façades colorées sont agrémentées d'élégants balcons ciselés de dentelles en fer forgé débordants de fougères en pots et garnis de fleurs. Ce sont l'une des caractéristiques des belles demeures d'inspiration française de la Nouvelle-Orléans.

Dans ce "Carré Français" le French Market est le plus vieux marché des États-Unis, endroit où autrefois on nourrissait les gens qui arrivaient par bateau.  Jazzman

Aujourd'hui, il fourmille d'activités avec ses nombreuses boutiques de tout genre, ses cafés-restaurants où des petits groupes de musiciens et chanteurs font l'ambiance de l'endroit...  Sans oublier le populaire "Café du Monde", bien connu pour son café au lait et ses beignets comme dans l'ancienne France qu'il sert depuis 1860, et ce quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit.  À 9:30 heures le matin, il y a déjà une file d'attente en ce 22 avril. 

Cathedrale Saint-LouisLa très belle Cathédrale Saint-Louis, avec ses lignes sobres et très « espagnoles » dont la construction débuta en 1721 est la plus vieille cathédrale des États-Unis.  Elle se caractérise par ses trois clochers hauts et pointus qui dominent le Vieux Carré.  

Devant la cathédrale, se trouve Jackson Square avec la statue équestre d'Andrew Jackson qui lutta victorieusement contre les anglais en 1814.  

Dans ce magnifique parc, des musiciens jouent leur pièce favorite alors que les peintres, à leur chevalet, contribuent à créer de nouvelles pièces d'art. Il faut bien dire que ça attire facilement le touriste. 

Autour du parc, des jongleurs et diseuses de bonne aventure animent ce lieu dans une ambiance décontractée.  Sans oublier les  portraitistes qui accrochent leurs oeuvres aux grilles du parc.

Quant au Cimetière Saint Louis, nous l'oublions de peur d'être dévalisés.  On nous suggère d'y aller en groupe via une visite guidée.  Il se caractérise par ses tombes surélevées car la ville est située en dessous du niveau de la mer.

Quand on parle de la vie nocturne, la rue Bourbon est la plus célèbre et la plus animée du Carré Français.  C'est l'endroit pour se distraire avec ses bars, ses « shows », ses boîtes de jazz, de blues, de musique cajun et ses restaurants...  Plusieurs petits groupes s'installent en pleine rue pour jouer et chanter.  Nous retrouvons aussi ces mimes, tous différents, qui amusent la foule.  

Boardwalk longeant le Mississippi Hélas, au petit matin, ça sent la bière et les détritus...  La ville s'occupe de nettoyer et de laver cette rue quotidiennement pour essayer de faire disparaître cette senteur nauséabonde.  

Le Preservation Hall, lieu légendaire situé sur la rue Saint-Pierre, accueille de vieux virtuoses de jazz. 

Quant à la rue Royale, elle regorge d'histoire et d'architecture avec  "Creole Dejan House, Cornstalk fence, Gallier House, Old Ursuline Couvent, La Branche House, Court of Two Lions, Coudreau Mansion, Municipal Court Building, Old Bank of the United States, Preservation House, The Presbytere", etc. 

Pont sur pilotis traversant le lac PontchartrainSur la rive du Mississippi, nombre de visiteurs  flânent sur la promenade qui traverse le parc Woldenberg.  

De là, on peut admirer le bateau à vapeur le "Natchez" activer son immense roue à aubes dans l'eau brunâtre du fleuve.  Pas attrayant pour la baignade, toutefois!

Le stationnement est assez dispendieux dans le "French  Quarter", les fins de semaine.  Toutefois, du lundi au jeudi inclusivement, on peut stationner au bout de la rue Toulouse, près du Old Brevery et à quelques pas de la promenade qui longe le Mississippi.  Si on arrive entre 6:00 et 10:00 et qu'on repart entre 15:00 et 17:00, le coût n'est que de 5$.  Bon à savoir!

Au nord de la Nouvelle-Orléans, le lac Pontchartrain est une autre attraction.

Un pont sur pilotis, d'une quarantaine de kilomètres, traverse cette immense étendue d'eau.  Au milieu de ce pont génial, on ne voit plus les rives, comme si l'on se trouvait en haute mer.  Il faut le faire...

 

Natchez Trace Parkway

Aujourd'hui, le 24 avril, nous débutons notre retour au Québec.  

Natchez trace Parkway Nous voulons toutefois connaître le Natchez Trace Parkway, long de 700 km, qui débute à Natchez (Mississippi) et se termine à Nashville (Tennessee).

Départ de Bayou Segnette State Park, en direction de Bâton Rouge par l'autoroute 10.  Un autre décor de marécage car une bonne portion de cet autoroute de Nouvelle-Orléans à Bâton Rouge est sur pilotis.  

De Bâton Rouge à Natchez au Mississippi, nous prenons la route 61.

Natchez est à revoir car cette ville a beaucoup d'histoire.  On s'en rend rapidement compte lorsqu'on visite l'office du tourisme.

Antérieurement, le Natchez Trace Parkway était utilisé par les chasseurs indiens.  Par la suite, les travailleurs de bateaux du Mississippi l'ont emprunté, comme chemin de retour à la maison.  Plus tard, comme chemin pour le courrier, puis une route militaire et finalement abandonné.

Ancien hotel converti en musée, le long du parkwayDans les années 1930, le service des Parcs Nationaux fit revivre cette route en la rendant carrossable pour les véhicules de loisirs seulement.  

Le gouvernement décréta ce parcours panoramique, une zone de conservation, tout en limitant la vitesse à 80 km/h.  

De plus, le long de ce paisible et magnifique parcours, on y indique les points d'intérêt.  On a aussi construits trois terrains de camping, offerts gratuitement aux voyageurs.

Nous poursuivons notre route par le Kentucky tout en visitant Mammouth Cave National Park, reconnu par ses cavités souterraines creusées par l'eau, il y a des millions d'années. Il y aurait plus de 350 milles de ces passages souterrains.

Delà, nous terminons nos visites pour finalement entrer au Québec.

 

En conclusion:

si ce résumé vous a plu, faites le connaître et surtout faites connaître la Louisiane!

Accueil Menu